Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/parquetsdecorati/public_html/config/ecran_securite.php on line 283
Parquets Romoli | Presse
Parquets Romoli
  Primé Médaille d'Or en Parqueterie Massive au concours du Meilleur Ouvrier de France, labelisé Entreprise du Patrimoine Vivant, reconnu Pépite d'Or du Territoire en Provence Alpes Côte d'Azur...  
Concevez, prévisualisez votre parquet en ligne...
Sur TF1
Rencontre avec l'unique parqueteur de France
janvier 2015 , Journal de 20h00


Portraits d 'Artisans
Yves Romoli, Brodeur de bois en Provence.
Presse : Les Echos n° 20466

PORTRAITS D ’ARTISANS

Yves Romoli,
Brodeur de bois en Provence.

Avec son tee-shirt troué, sa barbe de trois jours, ses mains calleuses et la construction sommaire de parpaings et d ’éverite qui abrite son atelier dans la campagne de Manosque, Yves Romoli a acquis la confiance de douzaines de présidents, princes, sultans, rois, ambassadeurs et milliardaires.

Son savoir-faire envié consiste à broder les fils du bois comme jadis les parqueteurs du château de Versailles. « De la haute couture taillée dans les plus belles essences », résume l ’artisan. Dans son catalogue figurent les sols des plus belles demeures de la planète que son père (décédé l ’an dernier) et lui ont réalisés depuis les années 1960 : les salons privés de l ’ancien président turc Süleyman Demirel, les appartements du chef d ’Etat égyptien Hosni Moubarak, le yacht du sultan d ’Oman, Qabous ben Said, la résidence d ’Hassan II, la salle à manger du paquebot « Queen Mary II »...

« Je ne cherche ni gloire ni reconnaissance, mais des commandes nobles qui subliment la précision ultime », explique le « parqueteur des princes » en feuilletant le livre d ’or de l ’établissement.

Sur un mètre carré comme sur des milliers, ses pièces de mosaïque en bois s ’ajustent au centième de millimètre. « J ’ai pris le meilleur de mes parents pour parvenir à ce résultat : l ’intelligence artistique de mon père, fils d ’ébéniste toscan, et la capacité de travail de ma mère, élevée à la dure dans les Abruzzes », résume l ’artisan.

La fabrication d ’un parquet commence par le choix et la préparation du bois, des essences dures sélectionnées pour la finesse de leur grain, la beauté de leurs veines, leur stabilité hygrométrique et leur mosaïque de couleurs vives : miel profond du chêne, orange vif du badi, étonnant violet de l ’amarante, rouge éclatant du bubinga, marron bistre de l ’amazakoué...

Une quinzaine d ’essences au total fournies par une poign ée de scieries qui fendent le bois « à l ’ancienne » pour livrer « une fibre droite et stable ne variant plus que dans l ’épaisseur de la marqueterie ».

Pour travailler cette matière première, ni découpe laser ni jet d ’eau : en s ’installant dans le village de Pierrevert dans les Alpes-de-Haute-Provence, le père, Gino Romoli, a fait fabriquer sur mesure plusieurs postes de travail dotés de lames de carbure très précisément affûtées.

Yves Romoli emploie trois ouvriers dont la formation nécessite au bas mot une dizaine d ’années. « L ’apprentissage se fait comme au siècle des compagnonnages, avec patience, persévérance et humilité. »

Il faut ces qualités et bien d ’autres pour dessiner, couper et assembler par exemple les 11.800 morceaux de cette dentelle de bois en forme de rosace de 3 mètres sur 3 ou ne pas se perdre dans le labyrinthe optique de motifs orientaux. Quand les formes ne sont pas linéaires, l’artisan exhibe des tiroirs une petite scie à marqueter. Pièce après pièce, il découpe et aboute des mètres de volutes et d’arabesques. Gino fut sacré meilleur ouvrier de France en 1979. A cinquante-cinq ans, son fils prépare le concours. « Mon père a réhabilité sur le tard un savoirfaire disparu après avoir travaillé comme ébéniste pour la bourgeoisie marseillaise, raconte-t-il. La restauration d’un vieux paquebot lui a fourni le déclic. A quarante ans, il a tout quitté pour recommencer sa vie professionnelle. »

Muni de son CAP d’ébéniste, le jeune fils apprend sur le tas en rénovant les parquets des belles demeures et vieux châteaux de la côte. Après le second choc pétrolier, le marché local se tarit.

Yves réagit en présentant les créations familiales dans les Salons professionnels et décroche son premier chantier de prestige dans la station huppée suisse de Crans- Montana. Le bouche-à-oreille reprend et dépasse les frontières.

A partir de 1987, la planète déco s’arrache les mains d’orfèvres des Romoli. Sur Internet, l’établissement propose désormais la personnalisation des sols avec la création de dessins originaux à intégrer dans les parquets mosaïques, ou le choix parmi une centaine de modèles de base à composer à loisir dans le showroom interactif pour environ 500 euros le mètre carré. « Avec le nombre croissant de fortunes, nous avons dû nous adapter à l’inflation de la demande en créant des standards qui marient notre savoir-faire artisanal et l’industrialisation des process », justifie Yves Romoli. Une concession sans préjudice : son carnet de commandes est rempli pour plusieurs mois.

PAULMOL
Correspondant à Marseille.


Menuiserie, Parquets et Charpentes.
Ils brodent avec les fils du bois.
2009

Implantés dans le Sud de la France depuis une cinquantaine d’années, avec leur siège social à Marseille et leur usine à Pierrevert (04), les Etablissements Romoli, derniers détenteurs d’un savoir-faire oublié, perpétuent la tradition de la marqueterie massive. Découvrez en exclusivité dans CMP l’art de parqueteurs aux mains d’orfèvre.
Ils ont eu la confiance d’une douzaine de présidents en exercice. Rois, sultans, ambassadeurs et milliardaires ont fait appel à leur talent. Ils ont posé des milliers de m2 de panneaux de marqueterie, dans les lieux les plus prestigieux : des palais, des châteaux, des résidences de luxe, des bateaux de milliardaires en France, en Suisse, en Arabie Saoudite, en Russie, en Grande-Bretagne, en Allemagne, et bien sûr en France... Au point qu’on leur a collé une étiquette : celle de parqueteurs des princes. « Nous faisons de la haute couture, mais comme tout grand couturier, nous proposons aussi une ligne de prêt-à-porter Les gens parfois l’oublient. Notre travail n’est pas non plus réservé à une élite et nos parquets ne sont pas forcément plus cher qu’un parquet minimaliste, transformé en tendance super déco par un architecte, qui au passage se sert une bonne marge », précise Yves Romoli.

Une fabrication artisanale
Le savoir-faire des Romoli exige une extrême rigueur. Dans leur atelier de fabrication, on usine les pièces de bois. non pas au dixième, mais au centième de millimètre. Ici, pas de découpe au laser ou au jet d’eau, comme ce qui est couramment pratiqué dans la marqueterie de parquets décoratifs. Chaque pièce de bois est rabotée au moins quatre fois. chaque branche d’étoile taillée en travers. « Nous ne fendons le bois que sur le quartier, pour obtenir une fibre droite et stable et éviter les variations dimension nelles dans le sens de la largeur », explique Yves Romoli. Toutes les scies à parquets ont été combinées par Gino Romoli lui-même, avec des butées différentes suivant l’angle de la pièce. C’est aussi le seul atelier où Ton trouve des pieds à coulisses et des palmers de précision.

La palette de l’artiste
Les parquets décoratifs Romoli sont fabriqués à partir d’une vingtaine d’essences de bois nobles, avec une palette de couleurs bien tranchée. Sélectionnées selon la finesse de leur grain et la beauté de leur veinage, les pièces de bois doivent avoir une dureté au moins équivalente à celle d’un chêne. Et leur teinte ne doit pas devenir hybride sous l’action des ultraviolets. « Nous préférons les bois d’Afrique aux bois d’Amérique du Sud. D’une part pour des questions de facilité d’approvisionnement, d’autre part parce que leur teinte reste stable dans le temps », poursuit notre interlocuteur. Les couleurs vives ressortant des motifs géométriques, sont garanties 100 % naturelles : le badi donnera un orange vif, le bubinga un rouge éclatant, l’amarante un violet étonnant, l’amazakoué un marron bistre... « Nous avons exclu l’ébène et le palissandre. Ce sont des essences qui ont tendance à détremper, à baver sur les bois voisins. Idem pour le padouk », ajoute-t-il.

Durée de vie : un siècle
Epaisseur de bois noble : 10 mm. Pourquoi ce choix ? « C’est l’épaisseur utilisée en marqueterie par les anciens. Ils collaient à la colle d’os 10 mm de bois noble sur un support en chêne ou en pin. Nous nous sommes dit que si nos prédécesseurs avaient eu des doutes, ils auraient fait plus épais. » Apparemment, les anciens avaient vu juste : avec 50 ans de recul, les Romoli sont fiers de mettre en avant un zéro défaut sur l’ensemble de leurs réalisations.

La pose des panneaux
Les panneaux de parquets décoratifs préfabriqués en atelier peuvent être posés sur tous supports propres, secs et sains tels que : chape en ciment bien dosée (350 kg/m3) et lissée ; ancien carrelage, marbre ou granito ; sol ragréé à l’aide de ciment autolissant de rattrapage ; contreplaqué en bois reconstitué ; ou ancien parquet préalablement poncé au gros papier. Les morceaux de bois assemblés qui constituent les panneaux sont maintenus par une feuille de papier kraft. Collée sur le parement, cette feuille les maintient au carré et d’équerre. Elle sera retirée sur le chantier par mouillage, à l’aide d’une éponge.

Certaines vérités sont toujours bonnes à dire
Profondément passionnés par un métier élevé au rang d’art, les Romoli regrettent que dans les marchés publics, le lot parquet se retrouve noyé dans le lot menuiserie. Yves Romoli plaide pour la reconnaissance de la profession de parqueteur, « Un métier à part entière, qui n’a rien à voir avec le métier de menuisier ». Si au départ, la profession de parqueteur était un métier d’art, « Il s’est transformé en métier de marchands. Depuis une quinzaine d’années, les industriels fabriquent de la lame au kilomètre. Avec le parquet flottant verni d’usine ou la mode du clips, le menuisier sous-traite la pose à des arracheurs de moquette ou des peintres en bâtiment. Or, cette facilité d’application exige tout de même une rigueur de mise en œuvre. Un particulier ayant connu un sinistre ne remettra jamais de parquets chez lui ».

La rigueur : un terme cher aux Romoli. qui travaillent le bois avec la même précision qu’un joaillier.-Mais il ne suffit pas d’être un bon technicien, il faut aussi un sens artistique développé. Et beaucoup de patience.

Charpentes Menuiserie et Parquets, VG


Ecole de la Musique à Marseille.
Modèle Consulat
Bois à bord
Feu Gino Romoli
Rosace
Yves Romoli
Rosace Patio

Création, fabrication de panneaux décoratifs en bois massif naturel, frises, rosaces, lames, mosaïques, Pose de tous types de parquets. Restauration, ponçage, vitrification, huilage. Aménagements extérieurs sols, bois, terrasses, piscines, bateaux . Contact : +333 6 83 10 15 98
Hébergement - Référencement - Programmation - Copyright (2013) par Provence Infos

Valid XHTML 1.0 Transitional